Département Santé & Bien-être

Thérapie de l’action par l’action

therapie-de-laction-par-laction
Lieux de formation
  • MONTPELLIER (34)
  • GRENOBLE (38)
  • CASABLANCA (MAROC)
  • AGADIR (MAROC)
  • MARRAKECH (MAROC)
  • TBILISSI (GEORGIE)
  • DAKAR (SENEGAL)
Effectif
  • 6 à 12 personnes
Durée de la formation
  • 5 jours (35 heures)
Prochaine(s) date(s)
  • A venir
Tarif
  • 900 €
OBJECTIFS
  • Approfondir la connaissance des enfants, des adolescents et adultes selon l’approche psychosociale
  • Renforcer les méthodes d’observation et d’investigation des attitudes, des paroles énoncées et des décisions en actes dans le but d’élaborer un diagnostic des compétences et des mécanismes de défense
  • Présenter les fondements de la clinique de l’action
PREREQUIS

Pas de prérequis

PROGRAMME

première journée

Les dimensions de l’identité psychosociale constitutive d’une compétence globale d’action

  • Le potentiel d’action :
    • Capacité d’action :
      • capacité à se représenter différencié de l’environnement et des autres
      • capacité à se représenter en action.
      • capacité à prendre des décisions ajustées
    • Les forces psychiques de l’autonomie
      • les forces psychiques : référence Eric Erikson
      • les identités successives de pourvoyeurs de soin, d’exécutant, d’adaptabilité et de socialité
      • les critères de compétence d’action et d’autonomie
    • Les mécanismes de défenses, les traumas et les altérations psychiques
  • Le système cognitif : capacité à créer de l’action et de la pensée à partir de la pensée
    • Les projets et les résolutions
      • leur fonction
      • leur limite : un accroissement de l’altération psychique
      • la loi de Paul : je fais ce que je ne veux pas et je ne fais pas ce que je veux qui me libèrera de ce corps qui me voue à la mort ?
    • La création d’image, de concept, de pensée, de croyance et d’hallucination
      • la création et les échanges de messages et de paroles : fonction, utilité, stabilité
      • la communication intégrant subjectivité et objectivation
      • la communication difficile avec la création d’idées sans référence à une réalité
    • Le sens de la vie
      • le sens donné à la vie
      • le sens donné au lieu et à la parole de soin
      • le sens à la relation           

Deuxième journée

  • Les facteurs identitaires de la socialité
    • la position sociale
      • ses aspects déterminant l’individu monolithique et ceux prenant en compte la multiplicité identitaire
      • ses espaces décisionnels relatifs à la complexité due à l’incertitude des objectifs de relation : la notion d’engagement et de coopération
      • ses ressources identificatoires
    • le système de valeurs
      • Ses influences parentales, éducatives et sociales
      • Les questions relatives au « sentiment moral »
      • Le projet, la culpabilité et la responsabilité.

Troisième journée

Différencier la notion de carence et la notion de pathologie

  • Apprécier la diversité des carences :
    • les carences reçues : sensorielles, neurologique (épilepsie, encéphalite…), motrices, intellectuelles,
    • les carences acquises par l’interactivité sociale : éducatives (hyperactivité, addiction, TOC), sociales (a sociabilité, anti-socialité, psychopathie).

Selon les types de carence, l’enfant vit des souffrances et une pathologie dans et avec laquelle l’enfant développe des stratégies d’adaptation au milieu par un développement de ses forces psychiques en fonction de son potentiel psychique. Cet ensemble pathologie et la mise en place des stratégies actives forme une psychopathologie.

C’est, peu à peu, par l’expérience d’une distanciation de son efficience à gérer le dépassement des obstacles au regard de l’efficience des autres enfants que se crée la situation de pathologie. Une comparaison culturelle (Afrique, Amérique latine, Inde) peut aider, le cas échéant, à mieux comprendre la problématique.

La psychopathologie apparaît au cours des expériences dans lesquelles des obstacles non dépassés sont mis en perspective avec les attentes des autres humains. Cette psychopathologie est spécifique à chaque type de carence. Elle se renforce, par la suite, du fait de la souffrance qui provient du regard de l’autre trop bienveillant ou très discriminant.

L’apparition des psychopathologies

  • Selon le type de carence éducative, apparaissent des manifestations psychopathologiques présentant des symptômes semblables aux pathologies psychiques
  • Il est capital de discerner avec précision les altérations psychiques pour ne pas les confondre aux manifestations psychopathologiques
  • Proposer un accompagnement éducatif spécifique et différencié de l’accompagnement soignant

Quatrième journée

Les conséquences d’un handicap après trauma

  • Comprendre la psychopathologie survenue à la suite d’un trauma rompant le cours de la relation habituelle avec son corps, avec son insertion professionnelle et sa socialisation
  • Dans cette situation, la prise de conscience de la pathologie est alors brutale et personnelle
  • La souffrance ressentie développe une psychopathologie, fruit d’un conflit intrapsychique spécifique qui se constitue en forme d’addiction

Cinquième journée

Envisager un accompagnement singulier en distinguant différentes démarches d’accueil et d’accompagnement, qui pourraient être mises en œuvre de façon nouvelle.

  1. Quand un enfant, un adolescent, un adulte se trouvent démunis de ses capacités suite à un trauma ou une évolution d’une maladie, il s’agira d’approfondir la connaissance de la situation spécifique selon les critères de l’approche psychosociale de l’action
    • Changement de statut social, remise en cause du système de valeurs, transformation du potentiel d’action, rationalité en conflit
    • Comprendre l’histoire de vie
    • Distinguer les effets construisant une psychopathologie spécifique

perte du sens de vie, entrée dans des logiques addictives

  • Mise en œuvre des pratiques de renforcement de l’action par la relecture des actions du quotidien et des processus décisionnels globaux et des micros processus décisionnels
  • Renforcement de la fierté et de l’auto-confiance en soi

Acceptation des propres limites de son corps et des mécanismes de défense qui viennent soulager le conflit intrapsychique